Nos publications

Tercé (86) Inauguration d’un panneau sur la ligne de démarcation 1er mai 2013

5 juin 2013

Le 1er mai 2013, le service départemental de l’ONACVG de la Vienne, en partenariat avec Tercé, a inauguré, le premier panneau d’information sur l’histoire de la ligne de démarcation dans le département. Installé le long du tracé de la ligne, près du premier bassin d’orage (sur la route de Morthemer), il s’intègre dans un projet de matérialisation de la ligne conjoint entrepris avec le service départemental de l’ONAC-VG de la Charente depuis 2010. Une plaquette, réalisée par les deux services, et distribuée pour l’occasion, vient apporter un complément d’informations sur cette histoire méconnue de la région. Cette démarche s’inscrit dans une valorisation du patrimoine historique local et vise à développer le tourisme de mémoire.

Ligne de démarcation

La défense passive

8 février 2013

En empruntant la rue Charles Dubois à Montmorillon les maisons sises aux numéros 10 et 24 portent d’insolites inscriptions, délavées par le temps, qui attirent cependant l’attention.
DP abri N° 46, 20 personnes et DP abri N° 47, 25 personnes.
Pendant la deuxième guerre mondiale, les caves de ces maisons avaient été recensées par la Défense Passive, ce qui explique les initiales DP, afin d’accueillir les habitants du quartier pour les protéger d’éventuels bombardements aériens .

Défense Passive

Irène Bruneau, déportée et les familles engagées dans la Résistance dès les années 1940 à Archigny (Vienne)

28 janvier 2013

Léon Bruneau, de la classe 1907, est rappelé sous les drapeaux par le décret de mobilisation du 1er août 1914, et participe à la campagne contre l’Allemagne. Blessé dans la Meuse le 25 aout 1915, par une balle à la main droite et à la cuisse, il est amputé d’un pouce et maintenu jusqu’au 4 juillet 1917(1). Dès son retour, il fonde une famille avec Irène Delaveaunée le 20/1/1896 à La Roche-Posay, et fait prospérer l’exploitation agricole de 80 hectares à Chaumont -86- Archigny. Il s’engage dans la vie associative rurale et est élu conseiller municipal d’ Archigny. Il est délégué pour administrer en 1940, la fraction en zone libre à l’ Ecole de la Croizace, antenne de la mairie d’Archigny.

Arrestations Déportés Femmes Mouvements et réseaux Résistance

La ligne de démarcation dans la Vienne – Témoignage de Jeanne Thévenet-Rémondière

10 juin 2012

Le 25 juin 1940, L’Armistice Franco-Allemand tirait le rideau sur l’une des plus terribles défaites de la France. Les termes de l’acte imposé par les vainqueurs consacraient leur occupation des 2/3 du territoire Français, divisant le pays en une zone occupée par les troupes allemandes et une zone non occupée, dite « zone libre », laissée à l’administration du gouvernement français mis en place par le maréchal Philippe Pétain début juillet 1940. Les deux zones étaient séparées par une vraie frontière, nommée ligne de Démarcation, qui allait, d’est en ouest de la Suisse vers la Touraine puis du nord au sud, de la Touraine à l’Espagne. Dans la Vienne, elle arrivait d’Indre-et-Loire à la Haye Descartes, puis suivait la rivière « La Creuse » jusqu’à La Roche Posay. Ensuite elle traversait le département de la Vienne par Pleumartin, Archigny, Bonnes, Jardres, Tercé, Dienné, St Secondin, Saint-Martin L’Ars, Mauprevoir, entre autres communes , en tout, 17 communes dont 9 avec le chef-lieu en zone non occupée, (Z. N. O.)

Arrestations Femmes Ligne de démarcation Passeurs Résistance

Robert Decarpentrie, résistant – témoignage

11 février 2012

Je m’appelle Robert Decarpentrie, je suis né le 1er janvier 1925 dans le Nord-Pas-de-Calais. Lorsque la Seconde Guerre mondiale a commencé je vivais dans la banlieue d’Arras avec ma mère, mon grand frère et ma petite sœur ; mon père étant décédé très jeune à la mine.

Maquis Témoignages

Capitaine Marcel Robichon du maquis Vauquois/Alsace – Combattant des trois guerres

28 janvier 2012

Né en août 1894, Marcel ROBICHON passe sa jeunesse à ADRIERS dans le Sud-Vienne où, après quelques années en internat à Poitiers, il revient travailler avec ses parents dans la ferme et l’exploitation forestière. Enfant espiègle, adolescent appréciant la vie et la liberté, il se forge une idée de l’existence dans le travail mais aussi avec les distractions offertes aux jeunes en ce début de siècle.

Itinéraires de Résistants locaux Maquis

Huguette Civet, ambulancière dans l’armée de la libération – témoignage

19 janvier 2012

Je m’appelle Huguette Civet, je suis née le 12 mai 1920 à Châtellerault. Jeune fille j’ai toujours souhaité devenir infirmière. Mais à l’époque les études coûtaient cher et ma mère n’avait pas les moyens de me les payer. Au milieu des années 1930 je suis partie rejoindre mon frère à Paris où j’ai trouvé un emploi comme vendeuse dans une épicerie. Le soir je suivais des cours pour apprendre l’anglais et obtenir mon diplôme d’infirmière. Grâce à mon travail, je rencontrais beaucoup de monde, dont des anciens combattants de la Guerre de 14-18, qui m’ont invitée à assister à leurs réunions. Je suis devenue une de leur déléguée et je portais ainsi des convocations pour eux. J’étais choquée par l’esprit pacifiste qui régnait à l’époque en France et qui aveuglait le pays face à la menace qui grandissait en Allemagne nazie. J’étais certaine qu’Hitler allait attaquer la France.

Femmes Les Forces Francaises Libres Témoignages