Nos publications

Version de M. Lucien Sommen

7 septembre 2009

La Libération de Poitiers : témoignage de Candide (Lucien Sommen)
Lucien Sommen, alias Christian Vallin, célèbre résistant du département de la Vienne, d’origine lorraine (décédé en 2002), proche du Général De Gaulle, livre par écrit sa version de la Libération de Poitiers, sous le pseudonyme de Candide, le 26 août 1994, 5O ans après les faits.

Diverses versions de la Libération de Poitiers

Paul Denis, déporté à Auschwitz, Buchenwald et Mulhausen – témoignage

7 septembre 2009

Né le 4 juillet 1920. Arrêté le 6 janvier 1944, interné à la prison de la Pierre-Levée, jugé par le tribunal spécial qui le condamne à un an de prison il est transféré à la prison de Blois puis au camp d’internement de Compiègne. Il est déporté ensuite à Auschwitz-Birkenau le 27 avril 1944 où il est enregistré sous le n° matricule 185434 tatoué sur l’avant-bras gauche. Le 12 mai il est transféré d’Auschwitz à Buchenwald où il arrive le 14 mai. En septembre-octobre, transfert à Mulhausen. Le 4 avril 1945 retour à Buchenwald où il sera libéré.

Camps de la mort Témoignages Travail dans l’univers concentrationnaire nazi

Marcel Couradeau, déporté à Sachsenhausen – Témoignage

7 septembre 2009

Marcel Couradeau est né le 12 septembre 1908 à Montmorillon. Employé au tri postal de Poitiers, il est arrêté le 23 juin 1941 avec 31 de ses camarades hommes et femmes de la Vienne. Tous sont internés dans un premier temps à la caserne de la Chauvinerie à Poitiers, occupée par l’armée allemande. Transféré au camp d’internement de Compiègne, il est déporté le 24 janvier 1943 au camp de Sachsenhausen d’où il sera libéré le 25 avril 1945. Le texte qui suit, extraits de son témoignage  » Ma déportation », apporte un éclairage supplémentaire sur le « travail dans l’univers concentrationnaire nazi ».

Camps de la mort Témoignages Travail dans l’univers concentrationnaire nazi

Témoignage de Monsieur Henri Auroux.

7 septembre 2009

Henri Auroux (1901 – 1947), arrêté en 1942 pour son appartenance au réseau Louis Renard, fut libéré en juin 1945.
Il a raconté ses 33 mois de captivité dans : « Un parmi tant d’autres ».
Voici un extrait de son récit qui relate la vie des déportés « N.N. » (Nacht und Nebel, Nuit et Brouillard) au camps d’extermination d’Hinzert, du 18 février au 19 avril 1943 :

Travail dans l’univers concentrationnaire nazi