Nos publications

La défense passive

8 février 2013

En empruntant la rue Charles Dubois à Montmorillon les maisons sises aux numéros 10 et 24 portent d’insolites inscriptions, délavées par le temps, qui attirent cependant l’attention.
DP abri N° 46, 20 personnes et DP abri N° 47, 25 personnes.
Pendant la deuxième guerre mondiale, les caves de ces maisons avaient été recensées par la Défense Passive, ce qui explique les initiales DP, afin d’accueillir les habitants du quartier pour les protéger d’éventuels bombardements aériens .

Défense Passive

La ligne de démarcation dans la Vienne – Témoignage de Jeanne Thévenet-Rémondière

10 juin 2012

Le 25 juin 1940, L’Armistice Franco-Allemand tirait le rideau sur l’une des plus terribles défaites de la France. Les termes de l’acte imposé par les vainqueurs consacraient leur occupation des 2/3 du territoire Français, divisant le pays en une zone occupée par les troupes allemandes et une zone non occupée, dite « zone libre », laissée à l’administration du gouvernement français mis en place par le maréchal Philippe Pétain début juillet 1940. Les deux zones étaient séparées par une vraie frontière, nommée ligne de Démarcation, qui allait, d’est en ouest de la Suisse vers la Touraine puis du nord au sud, de la Touraine à l’Espagne. Dans la Vienne, elle arrivait d’Indre-et-Loire à la Haye Descartes, puis suivait la rivière « La Creuse » jusqu’à La Roche Posay. Ensuite elle traversait le département de la Vienne par Pleumartin, Archigny, Bonnes, Jardres, Tercé, Dienné, St Secondin, Saint-Martin L’Ars, Mauprevoir, entre autres communes , en tout, 17 communes dont 9 avec le chef-lieu en zone non occupée, (Z. N. O.)

Arrestations Femmes Ligne de démarcation Passeurs Résistance

Marcel Couradeau, déporté à Sachsenhausen – Témoignage

7 septembre 2009

Marcel Couradeau est né le 12 septembre 1908 à Montmorillon. Employé au tri postal de Poitiers, il est arrêté le 23 juin 1941 avec 31 de ses camarades hommes et femmes de la Vienne. Tous sont internés dans un premier temps à la caserne de la Chauvinerie à Poitiers, occupée par l’armée allemande. Transféré au camp d’internement de Compiègne, il est déporté le 24 janvier 1943 au camp de Sachsenhausen d’où il sera libéré le 25 avril 1945. Le texte qui suit, extraits de son témoignage  » Ma déportation », apporte un éclairage supplémentaire sur le « travail dans l’univers concentrationnaire nazi ».

Camps de la mort Témoignages Travail dans l’univers concentrationnaire nazi

Rawa-Ruska : le refus

7 septembre 2009

Pour combattre la résistance des prisonniers de guerre qui s’évadaient ou sabotaient des installations servant l’effort de guerre, les nazis ouvrirent des camps de représailles où ces prisonniers étaient traités dans les pires conditions. Les plus connus sont Kobyercyn et Rawa-Ruska .

Evasion Prisonniers de guerre Stalags

Louis Bourgain, préfet de la région de Poitiers

3 septembre 2009

Résumé de la communication faite par Jean Henri Calmon au colloque organisé par les Archives Départementales de la Vienne le 1er décembre 2000, dont les actes ont été publiés par la Société des Antiquaires de l’Ouest (Mémoires, 5ème série, tome XII, année 2006). Voici quelques éléments de mise à jour transmis par J.H. Calmon.

Collaboration Juifs Réseau Renard