Nos publications

La ligne de démarcation dans la Vienne

3 septembre 2009

La ligne de démarcation a changé le comportement des Français. C’est ainsi que les frontaliers de la zone occupée, pour améliorer le régime de restrictions mis en place par l’occupant, passaient en « zone nono » pour se ravitailler. Cette zone non occupée, symbole de liberté, était également le passage obligé de ceux qui voulaient s’affranchir des nouvelles lois de « l’occupation », résistants, prisonniers évadés, aviateurs alliés abattus ou juifs qui voulaient fuir la persécution. Devant les difficultés croissantes pour obtenir un laissez-passer, un « ausweiss », le passage clandestin de la ligne s’organisa et prit peu à peu une ampleur importante. Aussi le 29 avril 1941 parut au journal officiel une ordonnance du Militarbefelhshaber in Frankreich durcissant les modalités de passage et punissant les contrevenants de travaux forcés. Le rôle des passeurs devint alors primordial mais dangereux. Certains ne se firent jamais connaître alliant ainsi l’humilité à leur courage car ils risquaient leur vie au cours des passages, voire la déportation, en cas de dénonciation.

Ligne de démarcation

Recherche de témoignages

3 septembre 2009

Le petit-fils de Valentine et Ernest Martin, Bernard Martin, recherche des renseignements sur le séjour de Félix et Madeleine Czernabroda, persécutés du nazisme, dans la ferme de ses grands-parents. Vous trouverez ci-dessous son témoignage. Si vous pouvez le compléter, nous vous remercions de nous contacter (formulaire accessible en bas de page -contact).

Juifs

Les justes de la Vienne

3 septembre 2009

Devise extraite du Talmud et figurant sur la Médaille des Justes :
« Quiconque sauve une vie sauve l’Univers tout entier »

Les justes ont apporté une aide dans des situations où les juifs étaient impuissants et menacés de mort ou de déportation vers les camps de concentration Ils ont été conscient du fait qu’en apportant cette aide, le sauveteur risquait sa vie, sa sécurité et sa liberté personnelle (les nazis considéraient l’assistance aux juifs comme un délit majeur). Ils n’ont pas recherché aucune récompense ou compensation matérielle en contrepartie de l’aide apportée.

Exclusion Juifs Résistance

Les juifs et la presse sous l’occupation

3 septembre 2009

Les ordonnances de Vichy se multiplièrent pour réprimer les « indésirables » juifs, francs-maçons, communistes et menacèrent les populations qui auraient été tentées de leur apporter leur aide. Malgré ces menaces et la délation, courante à cette époque, des Français prirent le risque de les aider comme en témoigne cette enquête.

Juifs

Louis Bourgain, préfet de la région de Poitiers

3 septembre 2009

Résumé de la communication faite par Jean Henri Calmon au colloque organisé par les Archives Départementales de la Vienne le 1er décembre 2000, dont les actes ont été publiés par la Société des Antiquaires de l’Ouest (Mémoires, 5ème série, tome XII, année 2006). Voici quelques éléments de mise à jour transmis par J.H. Calmon.

Collaboration Juifs Réseau Renard