Nos publications

Sanxay Août 1944

19 juin 2017

Voici deux témoignages concernant les évènements qui se sont passés le 12 août 1944 à Sanxay.
Ce jour là, une colonne allemande de répression des maquis, partie de Niort, occupa dans l’après-midi le village de Sanxay à la recherche des chefs et des résistants du maquis Maurice, prenant les hommes en otages et menaçant le village de représailles. La population éprouva de longues heures d’angoisse, que la connaissance du drame d’Oradour-sur-Glane quelques semaines plus tôt accentuait. Les troupes allemandes repartirent le soir même pour Niort, sans exactions majeures mais en emmenant des suspects et des otages qui furent libérés environ deux semaines plus tard lors du départ définitif des troupes allemandes.

Eté 1944 Répression Témoignages

Dénonciations et dénonciateurs sous l’Occupation.

24 novembre 2016

André Halimi fait état, pendant cette période, de millions de dénonciations de Français concernant d’autres Français, ce qui est consternant mais révélateur d’attitudes menaçantes dont il fallait se méfier.
Ouvrages, témoignages patiemment recueillis ainsi que l’ouverture aujourd’hui des archives au public permettent de mieux comprendre ce climat d’insécurité dans lequel vivaient ceux qui avaient choisi de résister.

Collaboration Délation

Ligugé 24 août 1944 : un drame évité de justesse grâce au curé et à …Wagner

2 octobre 2016

Le 19 novembre 2015, Pascale Froment et Pascal Fouché sont venus à Poitiers présenter le Journal (1939-1944) de Maurice Garçon devant le public de l’Institut Jacques Cartier. Tout à fait à la fin du temps consacré aux questions, un monsieur assis au second rang, Robert CUQ, bien connu des Poitevins, se leva, et interrogea les orateurs : « est-ce que Me Garçon parle dans son Journal des quatre jeunes gens que les Allemands alignèrent, le 24 août 1944, le long du mur de l’abbaye de Ligugé pour les fusiller ? J’étais l’un d’eux ».

Eté 1944 Témoignages

Résonances

25 octobre 2015

Certains chants sont autant de cicatrices indélébiles dans l’esprit, d’autres au contraire remontent en soi comme un vin de vigueur.

Vie culturelle

Collaborations et collaborateurs dans la Vienne

15 janvier 2015

Un historien n’est ni laudateur, ni partisan, ni procureur. L’ouverture des archives et le temps qui s’écoule 70 ans après la libération, permettent aujourd’hui de rapporter des faits qui n’avaient pas été évoqués au nom de l’objectivité, de la prudence ou de la pusillanimité. Jean-Marie Augustin les a abordés dans une méthodologie rigoureuse louée par Jean-Henri Calmon, historien, vice-président de l’institut Jacques Cartier où se tenait la conférence le 8 septembre 2014.

Collaboration Délation Milice