Nos actualités

Les Chemins de la Liberté en Civraisien

9 juin 2010

Depuis le début de l’occupation, des compatriotes n’ayant pas accepté la défaite militaire de 1940 et l’envahissement de notre pays par l’Allemagne nazie, se sont opposés à l’ennemi. Les actions furent d’abord individuelles: aide aux patriotes et aux poursuivis, dissimulation de matériels et de productions et, ultérieurement des engagements de démoralisation des troupes allemandes et de préparation d’une résistance armée pour libérer notre pays.

Cérémonie du 65ème anniversaire du massacre des 31 résistants à Vaugeton (86) le 27 juin 1944

18 juillet 2009

Le 27 juin 1944, la S.S., la Wehrmacht et la Milice de Pétain encerclent la forêt de Saint-Sauvant (86) et massacrent 31 résistants, dont un grand nombre qui avaient été libérés du camp de Rouillé par les maquisards de ce secteur, Français, mais aussi Espagnols antifranquistes, Italiens, Russes, Portugais. Philippe Lincio, professeur d’histoire au collège Jean Monnet de Lusignan, membre du jury départemental du Concours de la Résistance et de la Déportation, a lu un texte, en présence de ses élèves, en hommage aux 31 martyrs de cette tragédie de Vaugeton.

Cérémonies du 65ème anniversaire de la libération du camp d’internement de Rouillé (86)

18 juillet 2009

Il y a 65 ans, le camp d’internement de Rouillé était partiellement libéré par les maquisards de la région. A l’occasion de la cérémonie de ce 65ème anniversaire, Carlos Fernandez, fils de républicain espagnol antifranquiste, membre de l’Amicale de Châteaubriant-Voves-Rouillé, a prononcé une allocution en hommage aux internés du camp, dont un grand nombre ont été victimes de la barbarie nazie, fusillés à la Butte de Biard (86), massacrés à Vaugeton (86), ou déportés dans les camps de concentration en Allemagne.

La tombe des parachutistes anglais S.A.S.

18 août 2004

Dans le cimetière de Rom (79), reposent 30 parachutistes du 1er Special Air Service anglais et un Américain. Ils furent exécutés par les SS allemands le 7 juillet 1944 en forêt de St-Sauvant après avoir été faits prisonniers le 3 juillet en forêt de Verrières.

La stèle de Vaugeton

18 août 2004

Après la libération du camp d’internement de Rouillé, dans la nuit du 11 au 12 juin 1944, un maquis se forme, sous les ordres de Marcel Papineau alias « capitaine Bernard », en forêt de St-Sauvant. Il est composé d’une partie des libérés du camp (une vingtaine de républicains espagnols sous les ordres du Commandant Urbistondo alias « Tromas », une vingtaine d’internés français « politiques » et autres, un arménien) mais aussi de plusieurs réfractaires au Service du Travail Obligatoire et d’évadés de l’Hôtel Dieu (hôpital de Poitiers).

La stèle de la Liberté

18 août 2004

La stèle de la Liberté a été érigée le 28 mai 1995 à l’initiative des enfants et petits-enfants de résistants en reconnaissance aux hommes et aux femmes qui n’ont pas accepté la défaite militaire de 1940, l’occupation du territoire national par l’Allemagne nazie et l’idéologie fasciste.

La stèle des fusillés S.A.S

18 août 2004

En juin 1944, le commando du 1er SAS (Special Air Service) sous les ordres du Capitaine Tonkin s’installe en forêt de Verrières après avoir été parachuté en différents points du Poitou (Sainte-Maure de Touraine, Airvault, Châtellerault, Lussac-les-Châteaux) les 10 et 11 juin 1944 (Opération Bulbasket) pour procéder à plusieurs missions de sabotage et pour renseigner la R.A.F. (Royal Air Force) sur les points qu’il était important de bombarder.

Les ruines de La Branlerie

18 août 2004

Dans la nuit du 11 au 12 juin 1944, le camp d’internement de Rouillé est libéré par les Francs Tireurs et Partisans (F.T.P.). Suite à cette libération, un maquis se constitue dans la forêt de Saint-Sauvant. Les maquisards ont pour chefs Marcel Papineau (alias « capitaine Bernard ») et le Commandant Urbistondo (alias « Tromas »).