Conférence d’IDA GRINSPAN

mardi 3 février 2009 dans Aide
Le récit de sa déportation," J’ai pas pleuré", est édité dans la collection Presse Pocket.

Couverture livre 2

Couverture livre 1

Dans le cadre du Concours National de la Résistance
Conférence d’Ida Grinspan

Le lundi 9 mars à 14h
Salle de L’Angelarde à Châtellerault
44, rue de l’Angelarde 05 49 93 30 14


Conférence ouverte au public
Organisée à l’initiative :
du collège Georges Sand
du collège Saint-Gervais les 3 clochers
du collège de Lencloître
du Lycée Berthelot



"J’ai su toute petite ce qu’étaient les pogroms", raconte Ida Grinspan, née Fensterszab, à qui son père, faisait souvent remarquer la chance qu’elle avait de vivre en France. Ses parents avaient fui l’antisémitisme de la Pologne, cinq ans avant sa naissance, en 1929 à Paris. S’ils envoient Ida, en juin 1940, chez une nourrice à Jeune-Lié, près de Melle (Deux-Sèvres), c’est parce que les conditions de vie y sont meilleures et non par crainte de mesures antisémites. Ida "ignore tout de ce qui se passe à Paris", jusqu’à ce son père lui annonce, dans une lettre, l’arrestation de sa mère lors de la rafle du Vél’ d’Hiv, en juillet 1942. Elle-même est arrêtée, dans la nuit du 30 janvier 1944, chez sa nourrice, au grand dam de cette dernière, par trois gendarmes français.

Interrogée à Niort pour lui soutirer l’adresse de son père et de son frère aîné, elle est transférée à Drancy, qu’elle quitte pleine d’espoir : on lui dit que "ceux qui ont de la famille déportée vont la rejoindre". Après un voyage en train dans la promiscuité et la puanteur, elle arrive à Birkenau, le 13 février 1944. Débarrassée deux ans plus tôt de ses nattes, Ida paraît plus âgée que ses 14 ans, et évite ainsi la chambre à gaz, où étaient envoyés d’office les moins de 15 ans. Elle comprend qu’elle ne retrouvera pas sa mère. Affectée à un commando des pierres, puis des pommes de terre, elle travaille ensuite dans une usine d’armement. En janvier 1945, les Allemands évacuent Auschwitz, et une terrible "marche de la mort" emmène Ida jusqu’à Breslau (aujourd’hui Wroclaw, en Pologne), puis à Ravensbrück. Malade du typhus, elle est envoyée dans une annexe du camp, à Neustadt, où elle est soignée par Wanda, une infirmière polonaise déportée pour résistance. "Je l’ai cherchée pendant cinquante-six ans." Mais lorsqu’Ida la retrouve enfin à Varsovie, elle est dans le coma depuis deux jours.

En mai 1945, c’est en brouette que les soldats soviétiques l’évacuent vers un hôpital militaire. Rapatriée au Bourget en avion, elle apprend que son père, déporté mi-1944, ne reviendra pas. Depuis les années 1980, Ida témoigne régulièrement dans les écoles. Elle a écrit son histoire avec Bertrand Poirot-Delpech, dans un livre intitulé J’ai pas pleuré (Robert Laffont), duquel des lycéens de Mantes-la-Jolie ont tiré un album de rap. http://www.memorialdelashoah.org

Ida Grinspan – Bertrand Poirot Delpech : "J’ai pas pleuré" Pocket Jeunesse