Concours de la Résistance et de la Déportation 2003

vendredi 5 décembre 2003 dans Concours 2003
Vingt collégiens et lycéens ont accompli, du 27 au 29 Août 2003, un voyage-mémoire au camp de Struthof.Ils étaient accompagnés par l’assistant-mémoire du département de la Vienne, deux professeurs, et des familles de déportés.

UN VOYAGE PEU ORDINAIRE

Vingt lauréats du Concours de la Résistance et de la Déportation des départements de la Vienne et d’Indre et Loire, ont effectué, du 27 au 29 aôut dernier, un pèlerinage particulier.

Grâce à la contribution du Conseil général de la Vienne, du Conseil régional Poitou-Charentes, de la Ville de Poitiers, de l’O.N. A.C, de la Direction à la Mémoire, au Patrimoine et aux Archives, et de l’ensemble des associations d’anciens résistants, internés et déportés, les jeunes lauréats ont découvert de hauts lieux de mémoire.

Après un arrêt à Colombey-les-deux-églises, au pied de la monumentale Croix de Lorraine, ils ont arpenté le camp d’extermination du STRUTHOF en plein cœur du massif des Vosges. Une marche silencieuse en mémoire des 45.000 personnes internées ici, les a menés jusqu’au mémorial où ils ont déposé une gerbe. Ils ont ainsi tenu à rendre hommage aux 12.000 déportés décédés en ces lieux, dont plus de 100 résistants du réseau Alliance, très présent dans notre région.

Ils étaient accompagnés par M. Yannick Deport, assistant-mémoire de l’ Office départemental des Anciens combattants, Mesdames Marie-Claude Albert et Jocelyne Laurence, professeurs d’histoire -géographie, et par des membres de familles de déportés.

Ils ont porté aussi dans leurs pensées tous ceux qui n’avaient pu se joindre à eux, plus particulièrement Madame Félicia Combaud de Poitiers et Monsieur Jean Tartarin de Tours, précieux organisateurs de ce voyage.

Ils n’oublieront pas non plus le témoignage de Madame Dubernard, dont le père, membre du réseau CND-Castille et du réseau Libération-Nord, dans le Sud de l’Indre et Loire, fut arrêté le 14 janvier 1944, puis déporté au camp de Buchenwald, pour décéder hélas peu de temps après sa libération le 23 avril 1945. Destin ô combien tragique et une émotion encore bien présente. Un voyage unique qui aura, sans nul doute soudé ces jeunes collégiens et lycéens de divers horizons. Les lauréats ont rédigé des compte-rendus. La plupart d’entre eux ont retenu le caractère émouvant des lieux.

Nous espérons augmenter encore la participation au concours en 2004