Historique

Lors de la seconde Guerre Mondiale (1939-1945), après le débarquement des troupes alliées sur les plages de Normandie le 6 juin 1944, le Général Eisenhower, commandant en chef des forces alliées et le Général De Gaulle, chef du gouvernement provisoire de la France exhortent les Forces Françaises de l’Intérieur (F.F.I.) au combat contre les troupes d’occupation pour les contenir sur place et ralentir le plus possible les mouvements des troupes ennemies vers la zone de débarquement .
Le Poitou-Charentes, et en particulier le sud de la région de Poitiers, proche du massif forestier de Saint-Sauvant, est traversé par l’ensemble des voies de communication (ferroviaires et routières) reliant le sud-ouest de la France, où sont stationnées plusieurs divisions allemandes, et la Normandie où se déroule le débarquement allié.

Cette situation géographique stratégique va entraîner une intense activité de la Résistance et en particulier celle du maquis de la forêt de Saint-Sauvant. Ce dernier constitué, en partie, par des internés du camp de Rouillé, libéré dans la nuit du 11 au 12 juin 1944, va harceler sans relâche l’occupant : embuscades, sabotages, coups de mains, ...
En renfort à l’action des maquis, un commando anglais (1er S.A.S.), est parachuté sur la région entre le 6 et le 11 juin et se regroupe dans le sud de la Vienne (Montmorillon). Son action est complémentaire de celle des maquis et porte uniquement sur les sabotages de grande envergure : voies ferrées, ponts, dépôts de carburant...
Des éléments de l’armée d’occupation (80ème Corps d’armée), avec l’aide active des miliciens rassemblés sur Limoges et Poitiers, vont pourchasser inlassablement les courageux et audacieux combattants « de la nuit » jusqu’à leur arrestation et leur massacre.
La Résistance n’est pas anéantie pour autant. De nouveaux maquis sont immédiatement reconstitués (groupes Noël) et un commando de parachutistes français du 3ème S.A.S. succède au 1er S.A.S. début août 1944.

L’action combinée des F.F.I. et des Special Air Service (S.A.S.) dans l’Ouest de la France, et notamment dans le Seuil du Poitou va être particulièrement efficace. Ainsi elle va retarder de plus de 10 jours la 17ème Panzer qui remonte de Bordeaux vers le front de Normandie. De même, la 2ème Panzer SS dite « Das Reich », partie de Montauban le 6 juin, qui passe à Poitiers dans la nuit du 12 au 13 juin, arrive à Alençon le 18 juin, épuisée.