4 août 1944, le massacre du Vigeant

lundi 5 novembre 2007 dans Répression
Cet article présente le massacre du Vigeant, près de Civray, le 4 août 1944.

Jean OLIVIER, maquisard mort au combat le 4 août 1944

Le Vigeant est une expédition punitive des plus sanglantes.

A partir du 6 juin 1944, les Allemands se sentent de moins en moins en sécurité.

Jusqu’au 4 août, les maquis s’organisent ; un groupe s’installe à "La Mathurine" ferme inhabitée. Au tout début du mois d’août, une vingtaine de jeunes rejoignent les FFI.


Jean OLIVIER, maquisard mort au combat le 4 août 1944 La colonne allemande qui se dirige vers Le Vigeant, après avoir été attaquée à Pleuville, le 3 août, est un groupement motorisé appartenant au 80ème Corps d’Armée allemand qui est la section rapide n°608. Celui-ci est renforcé par des hommes de la Feldgendarmerie. Ce groupement a pour objectif de mener une action contre le bois de Charroux, au sud de Mauprévoir où des "terroristes" ont été signalés.
Le 4 août, en fin de matinée, vers 11h, la colonne allemande est attaquée par la Résistance à 3 km au sud du Vigeant au bois de Larreau par le maquis E.Kleber de Guénault et Bardel. Les Allemands ripostent sans aucune perte. Peu après, deux sections du maquis envoyées en renfort, sont interceptées lors de la traversée du Vigeant. Les maquisards sont surpris, ils sautent des camions mais sous le feu de l’ennemi 6 sont tués : Louis Quéraud de la première section et cinq de la deuxième section qui sont Joseph Guinet, Jean Dagan, Joseph Alix, Raymond Dulches et François Heintz. Les autres maquisards ont réussi à se camoufler. De plus, deux éclaireurs envoyés par le maquis Adolphe, Marcel Desban et Jean Augris - on trouve aussi Augris avec un y à la fin - sont arrêtés et emmenés pour être exécutés plus loin. Cependant, Marcel Desban, qui est grièvement blessé, fait le mort jusqu’au départ des Allemands. Il survivra à ses blessures alors que Jean Augris succombera aux siennes.

Le bourg est envahi par l’ennemi. Les Allemands sèment la terreur : pillages, saccages, viols, maisons incendiées. Des otages sont conduits à côté du cimetière pour être fusillés devant la mare dont ceux pris au passage de Charroux.

Bilan de cet accrochage : 22 civils et 18 maquisards ont été tués. Les pertes allemandes ont été estimées à 40 morts et blessés.

Le groupe allemand quitte le bourg vers 18h en empruntant la route départementale 10. Un autre accrochage a lieu à 3 km au nord du Vigeant mais la colonne poursuit sa route vers Lussac-les-Châteaux.

Article rédigé par Jacques RIGAUD