Les Russes enrôlés dans la Wehrmacht

Des Russes ont été enrôlés dans la Wehrmacht pendant la 2ème guerre mondiale. Quelques témoins ont pu fournir des renseignements concernant leur présence à Poitiers durant l’été 1944.

Un soldat russe à la libération

Les Russes à Poitiers


Moins précis sont les renseignements concernant les soldats russes dans la Wehrmacht à Poitiers.

Un soldat russe à la libération Après les bombardements de la gare de Poitiers, le 12 juin 1944 et de la caserne des Dunes le 1er août 1944, il semble que le commandement allemand dispersa ses troupes à la périphérie de Poitiers. Des maisons particulières route de Chauvigny furent réquisitionnées. Des soldats de la Feldkommandantur, logèrent chez la famille Gatelier, des Feldgendarmes avaient déjà réquisitionné la maison de la famille Brichet, d’autres logèrent dans des locaux de « La société générale des routes économiques », importante entreprise de travaux publics, que les habitants du quartier appelaient à l’époque « l’usine ». Le stade Paul Rébeilleau servit de cantonnement à ces soldats russes enrôlés dans la Wehrmacht. Ils occupaient les vestiaires en bois, dans le prolongement des tribunes principales, également en bois, qui se trouvaient avant la reconstruction du stade, route de Chauvigny. Ces soldats russes gardaient l’entrée du stade Paul Rébeilleau et celle de « l’usine » qui était en face. L’un d’eux , Zakarov, un instituteur ukrainien cherchait à entrer en contact avec les habitants du quartier. Il tenta d’expliquer à madame Roucher qu’un habitant du quartier pouvait lui faire rejoindre le maquis avec quelques camarades. Madame Roucher comprenant qu’il s’agissait du capitaine Saboureau lui répondit qu’il pouvait lui faire entièrement confiance. Le capitaine Saboureau, membre de l’OCM, aurait en fait été impliqué dans une filière d’évasion de soldats russes et sa maison se trouvant en face des vestiaires du stade route de Chauvigny facilitait cette entreprise.
On retrouve effectivement la trace de ces soldats dans le maquis montmorillonnais. Monsieur Robert Decarpentrie, alias Robert Martin dans les FTPF, responsable du groupe « Bobby », confirme que le commandant Amilcar lui confia fin août 1944 quatre soldats russes : Wachili, Kaladia, d’une trentaine d’années et deux jeunes russes de 18 et 19 ans sous les pseudos « d’Alex » et de « Stéphane ». Seul Amilcar connaissait leur véritable identité qu’il cachait dans un bocal dont il changeait l’emplacement tous les jours. Il faut rappeler qu’à cette époque, Wehrmacht, SS et milice traquaient les maquis qui couraient un réel danger. Ces quatre recrues d’après Robert Decarpentrie participèrent à des actions de sabotage notamment l’abattage d’arbres sur la route de Montmorillon au Dorat pour ralentir les colonnes allemandes.

A la libération ces Russes furent regroupés et dirigés vers le sud de la France. En décembre 1944 Madame Jacqueline Roucher reçut de Marseille une lettre de remerciement de Zakarov.

Ces Russes, regroupés par le commandement français furent embarqués pour Odessa. On sait qu’ils furent condamnés aux travaux forcés en Sibérie.


Rédigé par Louis-Charles Morillon


Sources : témoignages oraux de:

Mme Jacqueline Roucher de Poitiers.

M. Bernard Debuire de Montamisé petit fils du capitaine Sabourault.

M. Robert Decarpentrie de Buxerolles, responsable de groupe du maquis FTPF « Amilcar ».