Résonances

dimanche 25 octobre 2015 dans Occupation
Certains chants sont autant de cicatrices indélébiles dans l'esprit, d'autres au contraire remontent en soi comme un vin de vigueur.

Anna Marly compose et interprète le Chant des Partisans.

Photo Mémorial de Caen, hommage à la Russie (collection privée LC Morillon)

La chorale « Chantons Liberté » de Poitiers

Certains chants sont autant de cicatrices indélébiles dans l'esprit, d'autres au contraire remontent en soi comme un vin de vigueur.

Lorsqu' en juin 1940, l'armée victorieuse rythme de ses bottes le sol des vaincus en chantant le « Deutchland über alles », la France reste médusée.
Qui a connu cette époque ne peut oublier les « heidi heido heili heilo »,« westerwaldlied », « Erika » chantés avec arrogance par les soldats de la Wehrmarcht. Certains applaudissent, subjugués, prêts à porter allégeance au Führer conquérant et se pressent autour de la Place d'Armes de Poitiers pour assister aux parades.
Il est vrai que le nouveau régime de Pétain incite à la collaboration et s'empresse de prendre le modèle de l'homme providentiel. Les instituteurs des écoles publiques sont contraints d'apposer l'effigie du maréchal dans toutes les salles de classe. Ils doivent apprendre à leurs élèves « Maréchal nous voilà, devant toi, le sauveur de la France» par la voix complaisante d'André Dassary.

D'autres, déjà, ne supportant pas l'outrage, envisagent une autre partition.

De Londres où s'organise le combat, la guerre des ondes va prendre toute sa dimension. L'émission « Les Français parlent aux Français » s'oppose à la collaboration de « Radio-Paris » par le jingle : « Radio-Paris ment, Radio-Paris ment, Radio-Paris est Allemand. »
En 1941 Anna Marly, jeune russe de 24 ans, rejoint Londres pour mettre son talent de guitariste au service de la France Libre du général de Gaulle. Elle deviendra le troubadour de la Résistance .C'est sur sa musique « Le chant de la Liberté » que va naître en 1943 avec les paroles de Joseph Kessel et Maurice Druon le Chant des Partisans.

Le chant des partisans
Chant emblématique de la résistance française


« Chaque fois que j'entends le chant des Partisans, j’ai les larmes aux yeux. Et encore tout récemment je me demandais pourquoi l'on parlait si souvent de l'auteur des paroles et si peu du compositeur ?
Pourtant c'est la musique si bien accordée qui lui donne toute sa valeur et sa force émotionnelle. » Simone Veil

Les Nazis partout présents tel un « vol noir de corbeaux sur nos plaines » répriment cruellement toute résistance et font entendre « les cris sourds du pays qu'on enchaîne ».Ce n'est qu'au prix du sacrifice de ceux qui ont résisté que la liberté sera recouvrée « ami si tu tombes un ami sort de l'ombre à ta place. ». Mais « Demain l'ennemi connaîtra le prix du sang et des larmes. »

Vous pouvez écouter le chant des partisans sur internet


Le chant des partisans russes

La libération des peuples d'Europe n'a pu être obtenue que par l'effort conjoint des alliés de la France résistante : Etats Unis d'Amérique et sa formidable industrie de guerre, Angleterre réceptacle de tous ceux qui ont voulu la rejoindre, Français, Canadiens, Néo-Zélandais, Australiens, Polonais, Tchécoslovaques, Norvégiens.
Mais aussi l'URSS qui fixa les divisions allemandes sur son propre territoire où périrent 27 millions de Russes pendant ce conflit. Cette reconnaissance de la Russie, gravée dans le marbre, figure au Mémorial de Caen.
Ce chant emblématique que les Français appellent « Chant des partisans russes » est issu du « chant des Partisans de L'Amour », fleuve russe, pendant la Révolution bolchevique de 1917. Les traductions ont varié. Il est toujours interprété par « les Chœurs de l'Armée Rouge » fondés en 1929 par Alexandre Vassilievitch Alexandrov.
En 1943 les « Chœurs de l'Armée Rouge » se produisirent maintes fois sur leur territoire pour soutenir les troupes soviétiques luttant contre l'envahisseur nazi.

Vous pouvez écouter le chant des partisans russes sur internet.

Le chant des marais
Chant emblématique des déportés


Elu démocratiquement, par le peuple abusé, Hitler est alors au pouvoir. Il décide une procédure la « Schutzhaft » pour assurer une « détention de sûreté ».Ce qui permet aux SA (sections d'assaut) « Sturmabteilung » et dès 1933 à la Gestapo, d'arrêter immédiatement quiconque s'opposera au nouvel ordre nazi.
Les premiers camps de concentration Dachau et Börgemoor sont construits en Allemagne pour emprisonner les Allemands qui tentent d'exprimer leur résistance à ce régime fasciste. Les communistes allemands sont les premiers emprisonnés dans ces camps de concentration.
Le chant des marais « Die Moorsoldaten » en Allemand est créé dès 1933 par Johann Esser qui en écrit les paroles. Dans ce désert marécageux il faut «sans cesse piocher, piocher » au milieu « des cris, du sang, des larmes ». Rudi Goguel en compose la musique.

Une étude de la FMD (Fondation pour la mémoire de la Déportation) qui rassemble aujourd'hui les différentes associations françaises de déportés fait état de 86 000 Français déportés par répression ou résistance et de 75 000 juifs déportés par racisme.

Afin de rendre hommage aux premiers persécutés, la chorale chante toujours un couplet en Allemand.
La chorale « Chantons Liberté » de Poitiers s'est produite la première fois en 1989 pour le bicentenaire de la Révolution Française. Depuis cette date elle assure toutes les commémorations ayant trait à la résistance dans la Vienne. Madame Danielle Rallet fut son premier chef de chœur. Madame Odile Branciard lui succéda .La chorale est aujourd'hui, en 2015, dirigée par Madame Françoise Bourgoin.

Vous pouvez écouter le chant des Marais sur internet.

Rédigé par Louis-Charles Morillon