PIQUE BOCHE de Jean Daniau

vendredi 2 mars 2007 dans Bibliographie régionale
Que ressent un petit Poitevin d’une dizaine d’années lorsqu’éclate la guerre de 39-45 ? Comment vit-il ces événements ? Comment s’en représente-t-il le déroulement ? Comment appréhende-t-il les gigantesques enjeux géopolitiques sous-jacents à ce conflit ?
C’est ce que tente de raconter Jean-René devenu adulte, au travers d’une suite de courts récits où se trouvent mêlées l’évocation de faits historiques, la relation de péripéties vécues et la reconstitution de scènes où l’imaginaire vient au secours de la mémoire vacillante.

Cet enfant connaît successivement l’exode depuis la ville de garnison mosellane de son père, l’accueil précaire dans la famille paternelle logée à l’étroit dans un quartier populaire de Poitiers, la vie campagnarde de grands-parents habitant une petite commune du canton de Saint-Julien-l’Ars dans la Vienne, la pesante occupation allemande, les restrictions alimentaires, le retour du père malade, prisonnier de guerre en Allemagne, le bombardement de la ville, le 13 juin 1944, une semaine après le débarquement allié en Normandie et, pour finir, la Libération reçue par les populations comme une renaissance.

Pour autant, il n’a pas été directement impliqué dans les drames qui ont accompagné la guerre, ceux des familles dispersées, ceux des juifs devenus avec la complicité active du régime de Vichy, des sous-hommes et chair à four crématoire, ceux de parents torturés, déportés et disparus, ceux de populations civiles prises malgrè elles dans la tourmente destructrice des combats et des bombardements. Pour tout dire, les personnages de ces chroniques ne sont nullement de sublimes héros mais des gens ordinaires comme ils en existait des millions à cette Èpoque avec leur courage quotidien, leur ténacité mais aussi leurs mesquineries. Et dans cette adversité, le petit écolier devenant collégien a tout de même vécu à sa manière les jeux, les fantasmes et les rêves de l’enfance commune.

L’adulte Jean-René revenant sur les lieux après une longue absence, plonge dans ses souvenirs, exhume leurs traces, les recompose et s’aperçoit que, mutatis mutandis, ils ont à voir avec le présent. Il découvre qu’ayant eu la chance d’émerger apparemment indemne de ce cataclysme planétaire, il en a gardé, au fond de lui, la haine de la guerre comme moyen de régler les problèmes humains et l’aspiration inextinguible à la paix entre les peuples de la Terre.

Editions Cheminements-2005-455 pages, 23€ .